Le blocal

Blog de Pierre Cattan

Épilogue du voyage-tournage 3, septembre, 2006

Filed under: carnet du vietnam,Uncategorized — Pierre Cattan @ 8:52

L’humidité qui prend à la gorge; les visages tous identiques qui deviennent d’heure en heure plus singuliers les uns que les autres; la circulation chaotique, quatre sur une moto, sans casque ni feu rouge; les petits tissus bariolés sur les visages, voiles trendy pour les filles urbaines coquettes qui ne veulent pas bronzer; les fruits gargantuesques qui fréquentent innocemment des grenouilles sans peau encore vivantes sur les étales des marchés; les trottoirs éventrés, les pistes rouges, les bosses et les flaques; la pluie quotidienne, bains et douches populaires réglés sur 25°; les moines bouddhistes mandiants dans la rue, dignes et nobles, ouvrant en retour leur pagode à tous; le luxe pour pas cher, avec massage de bite en option pour ceux qui jouent les prolongations; la fierté d’un peuple qui a vaincu au vingtième siècle les empires français et états-uniens, et tous les autres auparavant; un peuple entier qui culmine d’ailleurs a un mètre soixante quinze à tout péter, idéal pour un mec comme moi; « motorbike! motorbike! » à chaque coin de rue; l’intimité sur la place publique, des maisons de quatre mètres de large sur quinze de haut; les bars à filles de Saïgon aussi nombreux que les machines à sous à Las Vegas; des employés qui travaillent 24/7, sans dimanche ni jour férié, pour 50 dollars par mois; des poissons grillés entiers à déguster à la baguette; des petites 125 par millions, parce que marcher dans la rue ça fait pauvre; le delta du mekong apocalypsnaoïsé à jamais alors que le film a été tourné ailleurs; les vietnamiens et les cambodgiens, indiférrents à la caméra, cachée ou non, comédiens géniaux d’un film à venir; des souvenirs à faire péter le crâne; le monde n’est pas un village, le travail n’est pas une fin en soi.
Atterrisage forcé. J’ai un moteur qui veut plus démarrer. C’est normal, 30 jours à l’autre bout du monde pour créér avec Zz, ça redimensionne tout. Il faut re-rentrer dans la boite, bien remplir les angles droits et repartir pour une année. Dur-dur. Y a pire 😉

 

On rentre 20, août, 2006

Filed under: carnet du vietnam,Uncategorized — Pierre Cattan @ 3:55

Hanoi, 20 aout 2006, à l’aéroport, 22 heures 55 heure locale. Ben voilà, un mois de voyage-tournage s’achève. On est remplis d’émotions. Dans une quinzaine d’heures, on sera à Paris avec du sommeil à l’envers.
C’est triste de quitter un pays qu’on a à peine eu le temps de découvrir. On reviendra, c’est sûr. On regarde un film avec Kirk Douglas doublé en viet par une seule et même voix féminine qui double tous les personnages. Drôle. On rentre. Un post plus long de débrief très bientôt pour clore ce carnet de voyage… 🙂

 

Carte postale de notre bungalow 10, août, 2006

Filed under: carnet du vietnam,Uncategorized — Pierre Cattan @ 11:03

vue-du-bungalow.jpg

 

Beauf béat

Filed under: carnet du vietnam,Uncategorized — Pierre Cattan @ 1:19

Ile de Phu Quoc, le 10 août, 7 h 30 heure locale. Je profite d ‘une pluie passagère et matinale pour graver dans le web les images qui nourrissent notre quotidien sur cette île.
Nous sommes donc au beau milieu du Golfe de Siam, plus proches en realité du Cambodge que du Vietnam. Encore très vierge, meme si elle attire les appetits des promoteurs immobiliers et des tours operateurs, Phu Quoc se parcourt en motorbike (petites 125 tres chouettes) à travers un maillage de pistes en terre battue rouge qui vous menent de la côte à cocotiers aux montagnes de jungle.
C ‘est un lieu idéal pour notre tournage, et Zazon commence à être tres connue sur cette petite île de pecheurs. Je ne peux pas en dire plus, mais il y a du spectacle par ici.
Denis veille sur nous. Ce restaurateur francais nous loue motorbike et Jeep pour le tournage et nous propose midi et soir dans son restaurant « chez carole », le meilleur de l’ïle, des poissons mirobolants, dont l invraissamblable Saba, un poisson japonais preparé en 45 minutes et dont la chair est juste renversante.
Denis est marié a Tan, une vietnamienne. Il vous fait aimer la France, cet expatrié aventurier de l ‘Asie qui a un business dans chaque port d ‘Orient. Avec son look et sa tchatche, on croirait qu il est directement sorti d un scénario d Audiard.
Extraits : « Tu vas a Bangkok, et sur 1000 nanas, t ‘as 950 grumaux. Ben tu peux être sur que des tas d ‘europeens, la cinquantaine bedonnants, tombent amoureux des grumaux au bout de trois jours. Tu payes pour un service, c’est normal que la nana soit gentille. Ils tombent amoureux de leur service quoi »; ou encore : « L`australien, il est gentil, mais c`est un billet de 100 dollars ambulant, ils l`ont bien pris en main, ils lui ont mis la tête dans le sac, ils l`epongent et dans six mois y aura plus personne. »
Il sautille et tourne sur un pied quand vous lui faites un compliment sur sa nourriture, vante sa chef, « ex numero deux des cuisines de l`ambassade de France à Hanoi », et arbore un petit sourire Obelixien qui souligne malicieusement sa moustache gauloise. Du coup, en bon papier buvard du genre humain, je me surprends à réveiller le beauf qui sommeil en moi, car un beauf béat sommeil en chacun de nous. Et Zazon me cueille au tournant, mi-figée mi-ravie, et répète mes phrases de beauf en boucle en éclatant de rire sur la moto. La dernière en date remonte à pas plus tard qu`hier soir ou j`ai déclaré « on est mieux que dans un village vacances, tu trouves pas? ». Je me demande si je ne vais pas d ailleurs me laisser pousser la moustache et laisser a plus tard ma vie parisienne

 

On habite a la plage 5, août, 2006

Filed under: carnet du vietnam,Uncategorized — Pierre Cattan @ 2:10

Ile de Phu Quoc, le 5 aout 2006, 21 heures heure locale. L ile est splendide, sauvage et hospitaliere. On habite dans un bungalow hyper confort sur la plage et l ocean berce nos nuits. Bientot un post plus long. 🙂

 

T… d. C.. du monde 4, août, 2006

Filed under: carnet du vietnam,Uncategorized — Pierre Cattan @ 2:32

Rha Gia, au bout du delta du Mekong, 4 aout 2006, 9:30 AM heure locale. (desole, clavier qwerty sans accents) Apres un periple de trois jours dans le delta du mekong qui vous replonge dans les bras tortueux du fleuve mythique d Apocalypse Now, on a debarque dans une ville portuaire improbable.  On est actuellement a Rha Gia, a l’embouchure de l’orifice anal du monde. Ca fait 48 heures (de trop) qu’on attend que la tempete en mer cesse pour pouvoir prendre le large a bord du Trameco, a destination de l’ile paradisiaque de Phu Quoc! Je suis dans un ciber cafe entoure de geeks ados qui jouent aux game en ligne, ils ont surement 15 ans mais ils en paraissent 6, la clope au bec. Dans cette ville pas du tout touristique, ou personne n’a jamais vu un blanc de sa vie, c’est l’expo coloniale a l’envers, les gens nous montrent du doigt sans sourire et nous devisagent comme des betes curieuses. Toutes les femmes, quel que soit leur age, portent des ensembles fleuris et immondes, genre pyjamas! Ici, on ressent de tres pres ce que signifie etre etranger. C est d ailleurs toute la difference entre tourisme et immigration. Heureusement, on embarque dans deux heures!
A tres vite tout le monde et merci pour les commentaires, ca fait bien plaisir! Z et P

 

Non stop à Angkor 28, juillet, 2006

Filed under: carnet du vietnam,Uncategorized — Pierre Cattan @ 2:28

Mardi 25 juillet 2006, 18 heures, heure locale. Siem Reap (près des temples d’Angkor, posté en différé de quelques jours).

Ce matin à 4 heures nous sommes allés à la Pagode avec Touen et sa femme. Thoeun (prononcez Toune) est notre chauffeur, notre guide et notre hôte. 1 mètre cinquante de bonne humeur, un rire polyglotte et une gentillesse à toute épreuve font de lui un klakouch first catégorie.

Aujourd’hui, c’était donc le jour de Buddha, et nous avons voulu participer au rituel, pour notre plaisir et les besoins du tournage. Il fallait voir comment les bouddhistes de la pagode, habillés de blanc sur pantalon ou jupe noire pour les pratiquants, crâne glabre et drap blanc pour les plus observants, surtout des vielles dames, nous ont accueillis. Zazon en habit traditionnel a fait sensation. Sur notre passage dans les travées de la pagode, des dizaines de sourires nous ouvraient la route, et quand nous avons tenté d’imiter les signes de prière et que nos gestes étaient maladroits, l’hilarité contagieuse envahissait le lieux sacré orné de kitcheries folles. Je ne peux vous révéler la suite, quand Zazon est venue au centre de la pagode avec le moine bouddhiste, puisque le tout a été respectueusement filmé, mais vous le découvrirez bientôt. Thoeun nous a dit : « je suis émotion vous ici. » Et Zazon a claqué sa larme. Il y avait de quoi.

Puis nous avons continué notre journée de visite des somptueux temples d’Angkor profitant de chaque instant où notre guide avait le dos tourné pour piquer un somme furtif dans un décorum Xème siècle. La neuvième merveille du monde va bien. Dormez tranquilles, on est heureux comme des petits poulets à l’arrière du Tuktuk de Thoeun. Et je vous écrit tout ça en sortant d’une heure de massage traditionnel cambodgien. Comment on se la pète