Le blocal

Blog de Pierre Cattan

Épilogue du voyage-tournage 3, septembre, 2006

Filed under: carnet du vietnam,Uncategorized — Pierre Cattan @ 8:52

L’humidité qui prend à la gorge; les visages tous identiques qui deviennent d’heure en heure plus singuliers les uns que les autres; la circulation chaotique, quatre sur une moto, sans casque ni feu rouge; les petits tissus bariolés sur les visages, voiles trendy pour les filles urbaines coquettes qui ne veulent pas bronzer; les fruits gargantuesques qui fréquentent innocemment des grenouilles sans peau encore vivantes sur les étales des marchés; les trottoirs éventrés, les pistes rouges, les bosses et les flaques; la pluie quotidienne, bains et douches populaires réglés sur 25°; les moines bouddhistes mandiants dans la rue, dignes et nobles, ouvrant en retour leur pagode à tous; le luxe pour pas cher, avec massage de bite en option pour ceux qui jouent les prolongations; la fierté d’un peuple qui a vaincu au vingtième siècle les empires français et états-uniens, et tous les autres auparavant; un peuple entier qui culmine d’ailleurs a un mètre soixante quinze à tout péter, idéal pour un mec comme moi; « motorbike! motorbike! » à chaque coin de rue; l’intimité sur la place publique, des maisons de quatre mètres de large sur quinze de haut; les bars à filles de Saïgon aussi nombreux que les machines à sous à Las Vegas; des employés qui travaillent 24/7, sans dimanche ni jour férié, pour 50 dollars par mois; des poissons grillés entiers à déguster à la baguette; des petites 125 par millions, parce que marcher dans la rue ça fait pauvre; le delta du mekong apocalypsnaoïsé à jamais alors que le film a été tourné ailleurs; les vietnamiens et les cambodgiens, indiférrents à la caméra, cachée ou non, comédiens géniaux d’un film à venir; des souvenirs à faire péter le crâne; le monde n’est pas un village, le travail n’est pas une fin en soi.
Atterrisage forcé. J’ai un moteur qui veut plus démarrer. C’est normal, 30 jours à l’autre bout du monde pour créér avec Zz, ça redimensionne tout. Il faut re-rentrer dans la boite, bien remplir les angles droits et repartir pour une année. Dur-dur. Y a pire 😉

Publicités
 

11 Responses to “Épilogue du voyage-tournage”

  1. l-tz Says:

    Y a pire, effectivement. Mais ces quelques petits détails me font attendre avec hâte le résultat de votre travail !!

  2. Et moi donc! J’éi vraiment hâte!

  3. Ardalia Says:

    Mais l’exotisme n’est qu’une question de point de vue et la misère partout…
    Hâte aussi de voir cela! Courage, la boîte est extensible, si tu forces bien. :o)

  4. Peggy Says:

    aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, ENFIN !!!! Quel talent, j’ai hâte de voir votre regard sur tout çà.
    Bon, coco, flippe pas parce que t’es de retour à Panam dans ton bureau rikiki sous les toits (tu veux qu’on appelle ton patron pour qu’il délocalise ??!). Faudrait pas nous faire une nervouss braiquedone, paraît qu’un autre monde est possible !
    ps : évitez de montrer les grenouilles sans peau ou je vous présenterai mon renard (je sais, c’est pas beau, mais toi, t’as écrit bite. Trop vulgaire le Pierre)

  5. Clément Says:

    De Buenos Aires, je ne suis pas tres surpris de ton post: Bruit, fourmillière et details destabilisants…Mais avoue, n’est ce pas charmant ce depaysement? Bon bol de riz!

  6. Clément > ce dépaysement est carrément vital! ça doit être magnifique Buenos Aires…
    Peggy > J’ai mis des schtroumpf dans la rédac de TOC pour rester dans les nuages…

  7. Peggy Says:

    Pierre > wouah l’autre, il est pote avec des lilliputiens !!!! c’est parce que tu reviens du Pays-Des-Moins-D’1m75 que tu dis çà ?!!! TOC, le village des barjots dans les nuages !!!!

  8. Clément Says:

    C’est un peu comme chez toi Buenos Aires: ya à prendre et surtout à laisser. Mais niveau culturel et arts de rue, c’est un regal.
    bon continuage blogissimal!

  9. n’empeche que quand même hein !

  10. Peggy Says:

    Pierre > Je viens de m’en taper une bonne tranche avec une BD vachement sympa (voire même hilarante, surtout le petit Zébulon surexcité en costard à carreaux). çà s’appelle « Un autre monde est possible ». Entre celle-la et « Ecoloville », j’ai passé un we écolo-alter-mondialo-pouêt-pouêt à donner envie de refaire de la pol. Bravo les mecs (je vous laisse, je suis nutrito-sensible)
    ps : déjà des phrases cultes
    ps2 ! même pour la cohérence graphique, oublie le costard à carreaux, çà boudine 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s